Cartographier la mer - Restitution du workshop, réalisations graphiques

Cette exposition est un temps de présentation des réalisations produites par dix étudiants de l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence et treize apprentis de la FAI-AR, formation supérieure d’art en espace public, embarqués du 18 au 24 mars pour un workshop sur un bateau de ligne en mer Méditerranée de Toulon jusqu’aux côtes de la Corse et de la Sardaigne.

Carlos Casteleira, L’invention du paysage marin, 2017

À l’instar des expéditions scientifiques, cette expédition artistique réunit pour un périple de six jours des étudiants aux parcours, expériences et pratiques variées : arts plastiques, théâtre, danse, arts numériques, performance.
Qu’il dure une journée ou une semaine, le déplacement en mer est un domaine de récits. Le départ, la traversée, l’accostage sont des supports à des modes de recherche et de production artistiques aussi bien visuelles que sonores. Il s’agit d’expérimenter le principe d’une cartographie artistique augmentée et en temps réel, basée sur l’appréhension du monde par le déplacement maritime. Par le rythme d’un bateau de ligne, il faut instaurer de nouveaux rapports entre le singulier et l’universel dans cette zone faite d’échanges mondialisés autour du tourisme, de l’industrie et des migrations. Il s’agit aussi de confronter une interprétation terrestre du paysage à une représentation de l’horizon marin et de ré-agencer les différentes réalités, réelles, virtuelles et fictionnelles des espaces maritimes : le bateau (équipage, machine, rythmes, procédures et expériences), la surface des eaux (flux, voyages, migrations, contrôle, radar), les profondeurs marines (mythes, récits, légendes des profondeurs, biologie marine) et l’élément aquatique (substance, abstraction, phénoménologie). Sur ce sol liquide en perpétuelle transformation qui contraint le corps à d’autres gravités, il sera question d’expérimenter et de produire des formes cartographiques marines à la vitesse de plusieurs nœuds. Les environnements supports et lieux de circulation offriront un point de vue singulier sur les mutations à l’œuvre dans ce paysage.

Le workshop Cartographier la mer fait partie du projet de recherche intitulé « Walking the data » porté conjointement par l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence et la FAI-AR, formation supérieure d’art en espace public, avec le soutien du ministère de la Culture.
Walking the data / Plotmap est un ensemble de pratiques initiées par un corpus d’enseignants de l’École supérieure d’art d’Aix-en-Provence, ayant donné lieu à l’exploration de territoires singuliers. Regroupant artistes, enseignants, étudiants, chercheurs et habitants, ces explorations ont pour point commun la récolte de données issues du territoire, remises en contexte au sein d’un dispositif d’écriture géo-localisé dont l’objectif est de fabriquer un espace de représentation et de documentation de ces pratiques. Ces données, s’appuyant fortement sur des préoccupations esthétiques croisant territoires et technologies exploratoires, sont le point de départ de développements d’outils de captation et de création spécifiques. Ces outils s’entendent également comme éléments d’un discours critique sur ceux développés par les industries de masse qui nous environnent. La restitution des données captées par les corps en marche est rendue possible tant par une carte numérique que par un certain nombre de contextes (expositions, workshops, conférences) permettant leur mise en espace. Son ambition est la tentative de création d’un outil d’expérimentation et de médiation culturelle mobile qui permet de prendre part au développement culturel de territoires où celui-ci semble insuffisamment pensé.

Durant toute la période du workshop, le public du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur a pu suivre le déplacement du bateau et l’activité artistique via un dispositif de tracé en temps-réel du déplacement en mer et une carte digitale dans laquelle étaient déposés au fur et à mesure de leur fabrication textes, images, sons, vidéos produits par les artistes à bord. Une liaison en mer en temps-réel a également été retransmise au Frac le 23 mars lors de la nocturne.

Coordination pédagogique et artistique : Jean-Sébastien Steil (directeur de la FAI-AR, enseignant espace et scénographie), Julie Chaffort et Toni Casalonga (artistes-formateurs à la FAI-AR), Abraham Poincheval et François Parra (enseignants-artistes ESAAix).

D’une rive à l’autre, nous embarquons à bord d’un bateau de ligne sur la mer Méditerranée de Marseille jusqu’aux côtes de la Corse et de la Sardaigne. À l’instar des expéditions scientifiques, cette expédition artistique réunit pour un périple de 6 jours des étudiants aux parcours, expériences et pratiques variées : arts plastiques, théâtre, danse, arts numériques, performance.

Il s’agira d’expérimenter le principe d’une cartographie artistique augmentée et en temps réel, basée sur l’appréhension du monde par le déplacement maritime. Par le rythme d’un bateau de ligne, il faudra instaurer de nouveaux rapports entre le singulier et l’universel dans cette zone faite d’échanges mondialisés autour du tourisme, de l’industrie et des migrations.

L’équipage : Étudiants de l’ESAAix et apprentis de la FAI-AR.
Coordination pédagogique et artistique : Jean-Sébastien Steil (directeur de la FAI-AR, enseignant espace et scénographie), Julie Chaffort et Toni Casalonga (artistes-formateurs à la FAI-AR), Abraham Poincheval et François Parra (enseignants-artistes ESAAix).

Avec le soutien de Corsica Ferries et du Ministère de la Culture dans le cadre du programme de recherche Walking the Data.

  • Frac - Plateau atelier

    20 Boulevard de Dunkerque

    13002 Marseille
  • Frac - Le plateau multimédia

    20 Boulevard de Dunkerque

    13002 Marseille