Horizons, au lendemain des possibles

Artistes : Pierre Beloüin & Olivier Vadrot, Michel Blazy, Balthasar Burkhard, Jordi Colomer, Bernard Descamps, Jimmy Durham, Olivier Grossetête, Claude Lévêque, Guy Limone, Philippe Ramette, Michèle Sylvander, Olivier Tourenc

Après Frontières plurielles, cette exposition présente des créations contemporaines en réponse à celles qui ont été montrées au Centre d’Art de Briançon l’année passée. C’est sous le signe de l’émancipation et du renouveau que cette sélection d’œuvres de la collection du Frac a été pensée, à un moment charnière de notre société où l’on pense plus à son effondrement qu’à un possible revival.

Jordi Colomer, No Future, 2006
© Adagp, Paris, 2020. Collection Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur

Les artistes qui composent cette exposition portent tous un regard critique sur cette question qu’ils traitent de manière singulière. Tous ne sont pas attachés aux mêmes faits de société, pourtant leurs idées convergent et s’alimentent. Le corpus d’œuvres choisi à cette occasion en témoigne : les époques auxquelles elles ont été réalisées s’entremêlent pour mieux se répondre, et confèrent une vision atemporelle pour chaque proposition.

Sans regard accusateur ni jugement, ces œuvres offrent au visiteur une véritable place dans l’exposition. À partir d’un dialogue avec l’ensemble de ces propositions plastiques, c’est bien au regardeur de recouper les informations pour nourrir sa réflexion propre. Au cours de la déambulation dans les espaces d’exposition, la rencontre avec ces différents médiums facilitera la mise en lien de notions récurrentes comme l’écologie, l’utopisme réaliste, la liberté et le besoin prégnant de légèreté.

Cette légèreté, quelques artistes nous invitent à nous y attarder, pour un bien-être tout à fait personnel, souvent en osmose avec la nature. Avec la série Plongeons, Michèle Sylvander aborde le lâcher-prise avec la répétition d’une activité réjouissante. Ces petits-bonheurs simples sont sublimés dans la série de prises de vue du photographe Bernard Descamp dans laquelle les images parlent d’elles-mêmes. L’idée d’émancipation est très importante dans le travail d’Olivier Tourenc et d’Oliver Grossetête qui nous incitent à prendre le large avec des moyens de locomotion parfois très surprenants et des échelles de perception décalées du réel !

Un aspect mystique est sous-tendu dans les pièces de Balthasar Burkhard et Claude Lévêque, artistes qui laissent entrevoir de manière poétique un ailleurs à travers leurs pièces. Au cours de sa performance, Jordi Colomer pose quant-à-lui la question de l’utopie et d’un monde meilleur qui selon lui n’existe pas, au profit d’une réalité dans laquelle nous sommes acteurs, remplie de plaisirs simples qui font le sel de la vie.

À travers ses dessins et à son Miroir à ciel, Philippe Ramette nous offre également une nouvelle perception de l’environnement qui nous entoure. Ces scénarios d’usage sont à rapprocher de l’installation de Jimmie Durham qui interpelle directement le visiteur sur son propre mode de vie et entre en dialogue avec l’œuvre de Michel Blazy. Alors que la nature s’invite dans le Centre d’Art, les personnages de Guy Limone, eux, sortent du cadre. Si ce travail s’ouvre en premier lieu sur une réflexion concernant la position de l’Homme dans notre société, elle peut également faire échos à celle qu’occupe l’œuvre d’art.

Pièce centrale de l’exposition grâce à son pouvoir de déploiement dans l’espace, l’œuvre sonore de Pierre Beloüin et Olivier Vadrot interpelle. Réalisées au cours de différentes périodes, les œuvres accrochées de part et d’autre de ces formes géométriques vibrent, résonnent et se répondent, tant et si bien qu’elles prennent alors une autre dimension, propre à chacune.

Cécile Coudreau, responsable des projets culturels en région pour le Frac.

Informations pratiques :

Centre d’art de Briançon
3 place d’Armes
05100 Briançon

Ouvert du mercredi au dimanche, de 14h à 19h.
Entrée libre.
Renseignements : 04 92 20 33 14