Jean-Yves Jouannais : l’Encyclopédie des guerres

Conférence - performance dans le cadre de la 5e édition du cycle Addiction à l’oeuvre.

En partenariat avec dfilms, dans le cadre de la 5e édition du cycle Addiction à l’oeuvre. Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

A retrouver en live sur notre page Facebook

Présentation de la 5e édition d’Addiction à l’œuvre par Philippe Bérard suivie par la conférence-performance de Jean-Yves Jouannais, l’Encyclopédie des guerres. En partenariat avec dfilms.

« Comme son titre l’indique ADDICTION à l’œuvre raconte deux histoires qui se déroulent simultanément. La première développe une histoire des addictions à travers le cinéma, la littérature, la peinture, la musique, l’art contemporain, la photo. La seconde raconte une passion, « l’Addiction à la représentation de l’œuvre » : la vôtre, celle des artistes, celle des collectionneurs, celle du public ou celle du collectif-image. Pour construire cette histoire de cinéma qui regarde la santé, l’éducation, la culture…, nous avons d’abord demandé aux héritiers de Serge Daney, aux « ciné-fils » et aux « ciné-filles », à « ceux qui ont l’image comme première passion, le cinéma dans leur bagage culturel et l’écriture comme seconde passion », de nous aider à développer une « exposition de films » autour d’un thème qui regarde tout le monde : l’ADDICTION. Jean-Yves Jouannais a la littérature comme première passion, l’image et le verbe dans son bagage culturel, l’écriture comme seconde passion et depuis 2008, la guerre comme sujet principal. Il nous est alors paru évident de lui proposer une carte blanche, un choix de films (de 1895 à nos jours) qui s’accorde à L’ENCYCLOPEDIE DES GUERRES. Nous le remercions chaleureusement d’avoir accepté cette invitation. » Philippe Bérard, directeur dfilms.

Comment m’assiège l’Encyclopédie des guerres.
« Mon premier travail est de lire des « livres de guerre », d’y prélever des citations, qui vont venir nourrir des entrées préexistantes ou en créer de nouvelles. De ces entrées, il en existe à ce jour 1217. La première étant Abattre (mort), la dernière Zouave, en passant par Abracadabra ; Boum ; Camping ; Hydrographie ; Langueur (monotone) ; Mignardise ; Mouche (Faire) ; Pâtisserie ; Silence (Réduire au) ; Triperie ; Vadrouille (La très grande). Un autre travail consiste à rechercher tous types d’images, extraits de films, documents d’archives ou œuvres de fiction, afin d’y prélever des séquences qui vont venir commenter à leur manière les entrées. Et ce sont ces entrées que je déroule sur scène, au Centre Pompidou, l’une après l’autre, classées par ordre alphabétique. Tandis que s’achève la dixième saison, j’en suis à la lettre N. Ce qui me fait penser que j’en ai encore pour une quinzaine d’années avant d’atteindre le terme du projet. Donc, pour résumer — ce que je trouve, entre nous, compliqué, on ne demande pas à un équilibriste de décrire ce qu’il fait sur son fil, soit on va au cirque, soit on n’y va pas —, je lis mes entrées constituées de citations, je montre des images, animées ou non, je les commente ou non. Et à partir de là, je me lance, ou non, dans des tentatives de gloses improvisées. Cela dérive alors, pour le meilleur ou pour le pire. Cela ressemble, me dit-on, à quelqu’un qui parlerait en dormant, livrant le mécanisme de sa pensée, le fil plus ou moins souple de ses associations d’idées. C’est parfois payant en termes de sens ou de poésie, d’intensité et d’émotion, et parfois cela ne produit rien que de l’ennui. Alors je passe à l’entrée suivante sans demander mon reste. C’est ça l’économie obsessionnelle de l’Encyclopédie des guerres, comment s’y trouvent consommées mes collections d’images et de textes. » Jean-Yves Jouannais

Dans le cadre de « L’ENCYCLOPEDIE DES GUERRES », une vingtaine de films ont été projetés à Paris, du 13 novembre au 15 décembre 2019, dans deux cinémas indépendants du quartier latin, LES 3 LUXEMBOURG et LE CHRISTINE cinéma club. L’Établissement de communication et de production audiovisuelle de La Défense (ECPAD), a présenté cinq courts-métrages en complément de ce programme. La revue Les Inrockuptibles, l’Association Clémence Isaure-Toulouse et La Fédération Addiction accompagnent cette manifestation de 2014 à 2021.