Jusqu’à l’incandescence

À la galerie Ravaisou, Bandol

Avec des œuvres de la collection du Frac : Ghada Amer, Ianna Andréadis, Tacita Dean, Christian Jaccard, Yazid Oulab, Sophie Ristelhueber, Nancy Wilson-Pajic

Un partenariat engagé pour une période de quatre ans a débuté en 2017 entre le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur et la Galerie Ravaisou de Bandol sur la base d’une réflexion autour des quatre éléments, et instaure au cœur de la ville de Bandol un cycle de rencontres avec l’art contemporain. Le rapport au feu y est évoqué cette année.

Sophie Ristelhueber, Fait, 1992
© Adagp, Paris, 2020. Collection Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur

Télécharger (851.1 ko)

« Le feu est un phénomène privilégié qui peut tout expliquer. Si tout ce qui change lentement s’explique par la vie, tout ce qui change vite s’explique par le feu. Le feu est l’ultra-vivant. Le feu est intime et il est universel. C’est un dieu tutélaire et terrible, bon et mauvais. Il peut se contredire : il est donc un des principes d’explication universelle. » Gaston Bachelard, la Psychanalyse du feu (1937).

Le feu est à la fois celui qui construit et celui qui détruit, entre douceur et torture, il est en cela très proche de la pensée d’un artiste, qui en créateur va altérer ce qui l’a précédé, se le réappropriant pour construire quelque chose de nouveau. Apportée aux humains par Prométhée dans la mythologie grecque, la maîtrise du feu est un progrès décisif qui a sorti l’humanité de sa dépendance à la lueur solaire. Il incarne à la fois la chaleur et une lumière réconfortante. Arme indispensable contre l’obscurité et cœur du foyer autour duquel les individus se réunissent, son pouvoir fédérateur et vital s’accompagne de son inhérente capacité de destruction. C’est parce qu’il est indomptable et féroce que le feu fascine. Il est symbole de violence et de chaos lorsqu’il devient hors de contrôle, laissant sur son passage des traces indélébiles visibles comme dans l’œuvre de Sophie Ristelhueber. Il incarne aussi le désir qui brûle autant qu’il attire, celui qui rend fou, celui de Majnûn, homme poète dans l’œuvre de Ghada Amer. En s’emparant des multiples propriétés de cet élément, les artistes interrogent sa double nature à la fois protectrice et ravageuse. Les œuvres présentées invitent le public à une exploration sensible de la complexité du feu. Ces productions artistiques, autant historiques qu’issues d’acquisitions plus récentes, permettent de donner une vision élargie de la collection du Frac.

Fannie Chanavat et Maéva Eliot, stagiaires aux pôles diffusion et programmation des expositions.

Informations pratiques

Galerie Ravaisou
1, rue des Écoles
83150 Bandol
Ouvert du mardi au samedi :
mardi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h30,
mercredi de 9h à 12h30,
jeudi et vendredi de 14h à 17h30,
samedi de 9h à 12h.
Renseignements : +33 (0)4 94 29 12 76.