Maïte Álvarez, performance Stella

Maïte Álvarez interroge les correspondances entre l’espace scénique et les espaces de l’exposition et de l’édition. Son parcours hybride (graphisme, danse) la conduit à chercher sans cesse la porosité entre les « corps vivants » et les « corps objets ».

Maïte Álvarez, performance Stella, le 1er octobre 2020 au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur dans le cadre de l’exposition Atlas de nuit

Stella met en scène trois performeurs : une danseuse, un musicien et une performeuse autour d’une partition chorégraphique prenant le cercle comme motif central. Des dizaines de livrets sont disposés au sol, et au lointain des chants d’oiseaux et des fragments de ciel suggèrent que le mouvement du monde a commencé bien avant notre présence.
« À l’origine de l’écriture, le mouvement. Et à l’origine de la danse, le cercle. Revenir aux racines de la chorégraphie comme une pensée spirale, un art de tracer des cercles, de faire chœur entre, avec et par les corps. »