Maïte Álvarez

Atlas de nuit

Dans le cadre de Paréidolie, salon international du dessin contemporain. En partenariat avec le Centre Wallonie Bruxelles/Paris et dans le cadre de sa saison Parallèle « L’Instant t » / Marseille 2020. Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International, du CWB/Paris, de Charleroi Danse – centre chorégraphique de Wallonie- Bruxelles et de la maison du spectacle - La Bellone, Bruxelles.

Maïte Álvarez interroge les correspondances entre l’espace scénique et les espaces de l’exposition et de l’édition. Son parcours hybride (graphisme, danse) la conduit à chercher sans cesse la porosité entre les « corps vivants » et les « corps objets ».

L’exposition Atlas de Nuit qu’elle propose au 3e plateau est une version augmentée et vivante de son livre auto-édité en 2018 Atlas de Nuit, souffler des mondes dans la choré()graphie. Dans ce livre, Maïte Álvarez nous fait « remonter aux origines de la chorégraphie pour y voir une forme de cosmogonie du monde. Mettre à distance la choré de la graphie, pour comprendre ce qui les met en tension. Pour saisir la nature de l’espace entre. (…) L’espace entre danse et écriture est atmosphérique, il est plein d’invisible, de potentialité permanente, il est infini et élastique. Il écrit les nuits du monde. »

De ce point de départ éditorial, l’exposition s’articule comme les chapitres d’un atlas vivant, prenant la forme de trois installations : STELLA (Prix de la ville de Bruxelles), Sismographies et être ciel. Deux de ces chapitres viendront ponctuellement s’activer au cours de performances chorégraphiées menées par l’artiste en solo ou accompagnée.

L’artiste remercie chaleureusement l’ArBa-Esa (Académie royale des Beaux-Arts - École supérieure des arts) de Bruxelles.

  • Frac - le 3e plateau

    20 Boulevard de Dunkerque

    13002 Marseille

Performances autour de l’exposition

En même temps au Frac
Maïte Álvarez, performance STELLA : Jeudi 1er octobre 18:30-19:30
Stella met en scène trois performeurs : une danseuse, un musicien et une performeuse autour d’une partition chorégraphique prenant le cercle comme motif central. Des dizaines de livrets sont disposés au sol, et au lointain des chants d’oiseaux et des fragments de ciel suggèrent que le mouvement du monde a commencé bien avant notre présence.
En même temps au Frac
Maïte Álvarez, performance Sismographies : Samedi 14 novembre 15:00-18:00
Les Sismographies repensent la connexion entre le mouvement et le tracé qu’il produit par l’activation d’un dispositif de machines à dessiner suspendue au mur. Chaque performeur est relié par des ficelles à ces machines. Leurs mouvements provoquent des traces archivées en dessin, révélant ainsi les variations sismiques de leurs corps. Comme un écho, le dessin induit aussi une certaine physicalité au performeur.

Frac / Fabrik, les ateliers autour de l’exposition

Des ateliers de pratique artistique dans et autour de l’exposition Atlas de nuit, conçus par des artistes invités et / ou des médiateurs, pour les enfants, les ados et les adultes.

Visites, ateliers et médiation au Frac
Proposé par Tina et Charly autour de l’exposition Atlas de nuit de Maïté Alvarez
Atelier Le jeu des cailloux : Samedi 28 novembre 14:00-17:00
Tina et Charly travaillent sur le langage et utilisent le corps et le dessin pour traduire leurs pensées. Ils métamorphosent lors de performances leurs traits, lignes, points et couleurs en gestes chorégraphiques. Sous la forme d’une installation interactive intitulée « le jeu des cailloux »

Publications disponibles au Magasin

ATLAS DE NUIT
Maïté Álvarez, Souffler des mondes dans la choré()graphie
Auto-édition
2018

Remonter aux origines de la chorégraphie pour y voir une forme de cosmogonie du monde. Mettre à distance la choré de la graphie, pour comprendre ce qui les met en tension. Pour saisir la nature de l’espace entre. Cet espace n’est pas un fossé, mais un écart actif, un espace-substance, comme l’espace entre les corps qui dansent. Comme l’espace de la pensée, comme l’espace négatif entre et derrière ce texte. Comme l’espace au-delà de ce livre. L’espace entre danse et écriture est atmosphérique, il est plein d’invisible, de potentialité permanente, il est infini et élastique. Il écrit les nuits du monde.

Crédits :
Textes et graphisme : Maïte Álvarez
Dimension : 17 x 25 cm
Impression : numérique noir et blanc
Papier : Munken bouffant 90 gr, Materica ardesia 120 gr
Nombre de pages : 156 p.
Prix : 27 €