Week-end d’ouverture des expositions et nocturne de saison

Ouverture vendredi 25 septembre à 14h. Nocturne vendredi 25 septembre jusqu’à 22h. Entrée libre du vendredi 25 au dimanche 27 septembre dans le cadre du week-end d’ouverture et à l’occasion du Printemps de l’art contemporain, de Paréidolie et de Manifesta 13 Marseille Les Parallèles du Sud.

Expositions au Frac du 25 septembre 2020 au 17 janvier 2021.

Nicolas Floc’h

Paysages productifs

Commissaire : Pascal Neveux

En partenariat avec le Parc national des Calanques, la Fondation Camargo, Cassis, l’Observatoire des Sciences de l’Univers – Institut Pythéas pour le projet Invisible ; artconnexion, la Fondation de France, la Fondation Daniel et Nina Carasso, OG-ULCO-Université de Lille pour les projets Initium Maris et Couleur de l’eau. Avec le mécénat de Marfret. Dans le cadre de Manifesta 13 Marseille Les Parallèles du Sud. Manifesta 13 Les Parallèles du Sud reçoit le soutien de la Région Sud. Dans le cadre de la mobilisation de la société civile autour de l’accueil du Congrès mondial de l’UICN, qui se tiendra à Marseille du 7 au 15 janvier 2021 et de VIVANT, une Saison culturelle pour la Biodiversité à l’occasion du Congrès mondial de la nature de l’UICN.

Véritable manifeste photographique révélant l’importance d’explorer le milieu sous-marin d’un point de vue artistique, cette exposition de Nicolas Floc’h propose une représentation inédite générant de nouveaux imaginaires.

Nicolas Floc’h, Paysages productifs, Invisible, Bec de l’aigle, surface, la Ciotat, 2019
@ ADAGP, Paris 2019

Maïte Álvarez

Atlas de nuit

Dans le cadre de Paréidolie, salon international du dessin contemporain. En partenariat avec le Centre Wallonie Bruxelles/Paris et dans le cadre de sa saison Parallèle « L’Instant t » / Marseille 2020. Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International, du CWB/Paris, de Charleroi Danse – centre chorégraphique de Wallonie- Bruxelles et de la maison du spectacle - La Bellone, Bruxelles.

Maïte Álvarez interroge les correspondances entre l’espace scénique et les espaces de l’exposition et de l’édition. Son parcours hybride (graphisme, danse) la conduit à chercher sans cesse la porosité entre les « corps vivants » et les « corps objets ».

Michèle Sylvander

Juste un peu distraite

Dans le cadre de Paréidolie, salon international du dessin contemporain.
Avec le soutien des sociétés Ressource, Marseille ; 2b print, Septèmes-les-Vallons, La baguette magique, Marseille.

Le Frac dédie chaque année depuis 2015 une exposition à la Saison du dessin sur le plateau expérimental dans le cadre de Paréidolie, salon international du dessin contemporain à Marseille. L’exposition Juste un peu distraite révèle au public un corpus de dessins inédits de Michèle Sylvander réalisés sous forme d’un rituel matinal. Tirés de petits carnets et réalisés au crayon noir, parfois légèrement réhaussés de couleurs, ils dévoilent des thèmes récurrents qui traversent et fondent la démarche de l’artiste.

Michèle Sylvander, Sans titre (#Z), de la série « Juste un peu distraite », 2019-2020, crayon noir et rehauts au crayon de couleur, cadre chêne, 21 x 14,8 cm.